D’un « épisode » auto-publié à une trilogie au succès planétaire, en cours de réécriture pour une production ciné de la Fox : c’est l’incroyable aventure de Silo, une suite de 3 romans d’anticipation / SF écrits par Hugh Howey entre 2011 et 2016. Je viens tout juste de finir les livres, avec un sentiment mitigé. Entre léger ennui et plaisir de lecture assouvi. Je vous en parle tout de suite, mais si vous voulez sauter directement à la partie de l’article qui concerne l’adaptation ciné de Silo, c’est par là.

A l’origine, une nouvelle de Hugh Howey devenue best-seller

C’est un succès d’auto-édition, comme il en arrive rarement. Hugh Howey a publié, en 2011, une nouvelle d’environ 60 pages dans laquelle il posait les bases de sa vision dystopique et l’atmosphère claustrophobe que l’on retrouve dans les 3 romans de la trilogie Silo. Ce sont les milliers de vente en quelques semaines et les incitations des premiers fans qui ont poussé Hugh Howey à mettre sur papier les épisodes suivants. Le tout a été compilé dans Silo, aussitôt happé par les agents littéraires.

S’en sont suivis 2 romans, situés à des époques différentes : Silo Origins (préquel), et Silo Générations (fin). Les romans de Hugh Howey sont édités par Acte Sud.

L’histoire de Silo, Silo Origins et Silo Generations

Les 3 romans de SF nous projettent, à différents moments de l’avenir, dans un monde irradié – du moins, tel qu’on l’imagine. Les humains, dont on ne connaît pas le nombre de survivants, vivent cloîtrés dans des tours souterraines de plus de 100 étages. La société a été totalement réorganisée sur la base d’un système totalitaire qui laisse peu de place à l’espoir de voir l’extérieur : ceux qui sortent meurent, condamnés au « nettoyage ».

Les 3 livres de la trilogie Silo de Hugh Howey

Si l’on suit l’ordre logique de la trilogie Silo, il faut commencer par Origins. Le député Donald Keene est recruté par son beau-père (sénateur) pour concevoir d’immenses abris souterrains. En réalité, ils sont créés pour abriter une partie infime de l’Humanité, suite à un cataclysme a priori technologique. 50 ans plus tard, les restes de la civilisation survivent dans le silo. Mais personne ne se souvient des causes de l’enfermement : leur mémoire est effacée par une pilule, prise régulièrement.

Dans Silo, le personnage central, Jules, fait partie de la communauté, mais elle est différente, car elle espère voir le monde extérieur – ce qui est proscrit car déviant. Elle doit décider de se battre… ou de mourir. Jules découvrira progressivement que la société les alimente de mirages, au péril de sa vie.

Enfin, Générations boucle la série des romans de Hugh Howey au lendemain d’une guerre civile dans le silo de Jules, qui a vu mourir des dizaines de personnes. Les habitants cohabitent dans un nouvel ordre dangereux. En fait, pour Jules, la guerre ne fait que commencer, et elle mènera soit à la destruction de son silo, soit à la libération d’une partie de l’Humanité. La vérité sur le système des silos s’apprête à exploser au grand jour.

Mon (humble) avis sur la trilogie Silo

En progressant dans ma lecture des 3 romans, je me suis souvenu d’un roman de Silverberg que j’avais lu au cours des mes études : Les Monades Urbaines. Ce livre de SF dessine l’avenir radieux des peuples, parqués dans des tours-cités qui s’élèvent comme Babel, et dont chaque niveau joue un rôle dans la pyramide sociale. Une inspiration directe du Monde Parfait de Huxley… A ceci près que Silo nous emmène six-cent pieds sous terre, dans une dystopie explicite et post-apocalyptique. Mais comme dans Les Monades Urbaines, le huis-clos vertical cache de lourds secrets, et l’extérieur appelle le personnage principal.

Les forces de Howey sont dans les détails de l’organisation sociale et de ses « principes » fondamentaux, comme le Livre, la loterie familiale, le châtiment du nettoyage, ou encore l’organisation en castes ouvrières et administratives – disséminées sur une centaine de niveaux souterrains. Certains personnages (Juliette, Solo, Donald) deviennent attachants quand l’auteur s’attache à les construire, à nous faire vivre leurs questionnements, leurs espoirs, leurs douleurs, et en les entraînant dans des séquences d’action parfois épiques.

On ne pourra pas reprocher à Hugh Howey un manque d’originalité et de cohérence, puisque la trame et les révélations se déroulent dans un scénario complexe et captivant.

Mes regrets (attention, je spoile un peu, donc ne lisez pas ce qui suit si vous n’avez pas feuilleté la suite complète) :

  • Des lenteurs aléatoires qui donnent envie de sauter des paragraphes
  • De nombreux personnages lisses, au caractère et aux traits « grossiers »
  • Un final un peu naïf à mon goût

Que disent les critiques sur Silo ?

Si les romans ont globalement été encensés, les avis divergent sur la qualité scénaristique, l’épaisseur des personnages ou encore le rythme. Le Guardian, par exemple, constate que « certains éléments de Silo fonctionnent brillamment : les deux premières sections sont effrayantes, intriguantes et mystérieuses. […] D’autres éléments ne fonctionnent pas si bien ». Comme les personnages secondaires, cf. mon avis plus haut.

Pour Lorhkan, « Hugh Howey ne prétend pas révolutionner la SF avec ce « Silo Origines », qui n’a d’ailleurs, quand on y regarde de près, rien de fondamentalement surprenant si on a un peu de « bouteille » en SF, mais malgré tout, ce qu’il fait, il le fait bien. Une lecture plaisir en somme. Et de ce côté là, c’est une réussite. »

A l’inverse, Bernard Quiriny, de l’Opinion, s’interroge : « Mais qu’a-t-il de si génial, ce Silo, pour provoquer un tel engouement ? A vrai dire, on n’en sait trop rien. » Avis brutal à mon avis, car si on retire les quelques défauts narratifs, les romans nous offrent un vrai plaisir de lecture et réussissent à nous accrocher jusqu’au bout, dans l’attente du dénouement.

Un film Silo bientôt au cinéma ?

A en croire The Wrap, oui. Le scénario de Silo serait entre les mains de l’une des co-scénaristes des Gardiens de la Galaxie, depuis fin 2015. Les droits ont en effet été acquis par la 20th Century Fox courant 2012, dès que le roman a explosé ses ventes.

Nicole Perlman réécrit le script par J Blakeson (La 5ème vague – aïe !) avant que les producteurs ne passent le projet au futur réalisateur – car personne n’est attaché à la réalisation à l’heure actuelle.

La bonne nouvelle, c’est du côté de la production qu’elle se trouve : Ridley Scott est embarqué dans le projet, aux côtés de Garrett Basch et Steve Zaillian. Nous n’avons donc plus qu’à patienter avant de voir Silo au cinéma, puisqu’aucune update n’a été faite par le studio depuis plusieurs mois. Surveillez IMDB !

Crédit image : SeedMedia

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

Laisser un commentaire :