La sortie du film Mutafukaz n’a jamais été aussi proche. Après une longue attente, Ankama vient de diffuser un nouveau trailer pour la version animée du comic-book de science-fiction, annonçant au passage une présentation du film lors du Festival de l’Animation à Annecy en juin 2017. Aurons-nous enfin le plaisir de voir au cinéma – ou en streaming – les aventures d’Angelino et Vinz à Dark Meat City ?

Extrait du trailer du film Mutafukaz

Extrait du trailer du film Mutafukaz

Extrait du trailer du film Mutafukaz

Mutafukaz, une série de comic-books SF en 5 tomes (et ses spin-off)

Si vous ne connaissez pas Mutafukaz, explications. Il s’agit d’une bande-dessinée portée par le Label 619 et créée par Run, éditée par Ankama qui a également produit le film – avec le Studio 4°C :

Mutafukaz s’inspire de la science-fiction des années 50 en y mêlant des ingrédients contemporains, comme le Hip-Hop et le Catch. Ce cocktail en fait une Bande dessinée à l’atmosphère sombre, paranoïaque mais toujours fun et second degré.

Cette BD se classe bien dans le domaine de la SF et même de la contre-utopie, de par sa situation temporelle (après 2030) et ses thèmes qui s’enrichissent allègrement d’un imaginaire fantastique, limite WTF.

Les 5 tomes de Mutafukaz

Dans les 5 tomes de la série Mutafukaz, Run (l’auteur) nous fait suivre les péripéties hallucinantes de Vinz et Angelino, deux losers comme en compte tant la ville putride et malfamée de Dark Meat City – sorte de Los Angeles du futur, en vision hyperbolique.

Angelino, le personnage à tête noire en forme de boule de billard, commence à avoir des maux de tête et des visions étranges suite à un accident de scooter. Lui et son pote Vinz, qui squatte le même appartement délabré dans le quartier de Rios Rosas, sont tout à coup la cible d’hommes menaçants. Cette chasse à l’homme n’est que le début d’énormes révélations sur son passé et sur une incroyable machination qui remonte jusqu’au gouvernement.

Une plance graphique illustrant l'univers de la bd et du film Mutafukaz

Le style de Mutafukaz rappelle la saga de jeux-vidéo GTA et les mégalopoles les plus dystopiques de la SF, avec une dose maximale d’humour, de trash et de violence. Personnellement, j’ai dévoré les 5 tomes du comic-book en quelques jours et j’attaque actuellement les spin-off.

Deux ans après le teaser de Mutafukaz, un « trailer »

Eh oui. Ça fait bien 2 ans que les roubaisiens nous font traîner. Ils avaient commencé avec un petit teaser en juin 2015… Et depuis, plus rien, ou presque. Retour aux origines du film d’animation Mutafukaz :

Heureusement, les choses se précisent avec la nouvelle bande-annonce : c’est Orelsan qui donne sa voix à Angelino (bon choix je trouve, même si ça fait rager certains fans sur les médias sociaux) et c’est le Studio 4°C, notamment à l’origine d’Animatrix, qui a réalisé l’animation finale. Voilà ci-dessous le trailer publié par Ankama sur YouTube, sachant qu’il existe une version alternative que Konbini a dû avoir en exclu (c’est par là, sur Facebook).

Un « épisode » de Mutafukaz à voir en streaming

On sent l’envie de sortir un film d’animation dès la publication en streaming YouTube, il y a quelques années, d’un court-métrage intitulé « Opération Blackhead ». Directement inspiré d’un des premiers passages de la BD, cet épisode présente un style et une qualité d’animation loin du rendu final que nous promet le trailer de 2017. Mais c’est un premier saut dans l’univers poisseux et brutal du comic, qui vous aidera à patienter d’ici la sortie du film.

Une date de sortie pour Mutafukaz ?

Plusieurs personnes travaillant ou ayant bossé chez Ankama me parlent de la sortie prochaine du film… Depuis 2015. Il faut dire que la production a pris du temps et qu’Ankama reste discret sur le sujet. Cette fois, il semble clair que la boîte de production cherche activement à trouver des distributeurs : le film a droit à une projection exceptionnelle au Festival de l’Animation à Annecy, le 13 juin 2017. Peu de chances donc d’avoir une date de sortie en 2017, mais plutôt une diffusion – on l’espère – en 2018. Après l’échec (perçu) de Dofus sur grand écran, les créatifs roubaisiens peuvent sauver la mise grâce à cette licence beaucoup plus sombre.

En attendant, rabattons-nous sur les spin-off sobrement intitulés Puta Madre, qui permettent d’explorer l’univers de Mutafukaz à travers les aventures de Jesus, le futur catcheur héroïque de la BD.

EDIT du 24/09/17 : j’ai enfin pu voir le film dans le cadre de la 17ème Nuit de l’Animation (Lille, théâtre Sébastopol). Run a confirmé sur scène qu’aucun distributeur n’avait été trouvé à l’heure actuelle, tout en invitant les fans à parler du film le plus possible de façon à le promouvoir (pour éviter, selon lui, que « le film ne reste sur des disques dur chez Ankama »). Ankama devrait peut-être s’inspirer de la stratégie adoptée par Oats Studios avec Rakka en diffusant en payant sur une plateforme du type Vimeo / Steam ? Concernant l’anime en tant que telle, mon ressenti est mitigé, et j’ai du mal à juger objectivement le résultat, tant il me paraissait compliqué d’adapter le comics à l’écran. Il ressort de ce premier visionnage une impression de lenteur difficile à expliquer, avec néanmoins des scènes jubilatoires très fidèles à l’esprit et à l’atmosphère de la BD. La bande-originale envoie du lourd grâce à Orelsan et à Toxic Avenger, bien que le son m’ait paru bizarrement inégal, notamment au niveau des voix des personnages – lesquels, pour certains, se voient attribuer un timbre et un accent inattendus. Au-delà de ces petits défauts (qui ne reflètent que mon point de vue), je vous conseille de voir Mutafukaz dès que vous en avez l’occasion, vous devriez passer un bon moment.

Film : Mutafukaz
Scénariste : Run
Réalisation : Shoujirou Nishimi, Guillaume Renard
Production : Ankama
Date de sortie : 2018

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

Laisser un commentaire :