Prix ActuSF de l'Uchronie, le logoLe Prix ActuSF de l’Uchronie, ça vous dit quelque chose ? Peut-être pas. Je vous avoue que je ne le connaissais pas jusqu’à cette édition 2017. Du haut de ses 7 ans d’existence, il n’est pas aussi célèbre que d’autres distinctions. Mais c’est une belle vitrine pour ce genre dont l’attrait grandit depuis les années 90.

Ce prix, original de par la catégorie qu’il couronne, est décerné chaque année aux meilleur-e-s romans et bd uchroniques. Alors que les Utopiales 2017 viennent tout juste de se conclure, j’ai eu la chance de discuter avec Bertrand Campeis, co-auteur du Guide de l’Uchronie et l’un des membres du jury du Prix ActuSF de l’Uchronie.

Voilà ma synthèse d’un échange informel et passionnant. Echange qui aurait pu ne pas se produire, ce qui aurait forcément changé le cours de cet article, et certainement de votre journée…

Valoriser la diversité du genre et soutenir les idées novatrices

Le Prix ActuSF de l’Uchronie est le fruit de rencontres, “de la convergence de plusieurs personnes”. Ce sont des échanges avec Jérôme Vincent, Big Boss d’ActuSF (site et maison d’édition) qui déclenchent le projet. En 2010, le prix est né, avec un jury composé de 6 à 7 passionnés.

Bertrand Campeis

Bertrand Campeis, secrétaire du Prix ActuSF de l’Uchronie et co-auteur du Guide de l’Uchronie.

Si la définition qu’ils donnent de l’Uchronie est plutôt large, “avec parfois du rétro-futuriste et de la fantasy s’inscrivant toutefois dans un contexte historique connu”, selon Bertrand Campeis, les choix de ce petit groupe “n’ont jamais été critiqués. Je ne sais pas trop quel impact ce prix peut avoir sur le lectorat, mais il semble que le Prix ActuSF de l’Uchronie commence à être reconnu dans le domaine.”

Nominés et gagnants sont choisis lors d’un repas convivial mais studieux. Le jury part d’un tableau de suivi « où nous notons nos diverses lectures afin d’avoir une base de discussion. Cela permet de dégager des tendances et de partir dans des « joutes » pour défendre son coup de cœur, sans s’enfermer dans un carcan éditorial : on essaie de valoriser la diversité du genre et de soutenir les idées ou éditeurs / auteurs qui le méritent. »

Les gagnants du prix ActuSF de l’Uchronie sont ensuite officiellement annoncés dans la foulée des Utopiales, début novembre. Ils sont remis physiquement lors d’une cérémonie au Festival de l’Imaginaire de Sèvres fin novembre.

Une popularité en hausse grâce aux romans, bd, films et jeux uchroniques

Notons que le terme d’Uchronie paraît de moins en moins obscur, et pour cause ! “Avant les années 90, le terme ne parlait à personne. Il a fallu l’essai d’Eric Henriet, et notamment sa réédition de 2004, pour que les lecteurs redécouvrent le mot”, s’amuse Bertrand Campeis.

Luxley, BD uchronique de Valérie ManginAvec les années 2000, on a vu fleurir toutes sortes d’œuvres uchroniques, dans différents “champs” artistiques, de la BD au cinéma en passant par le jeu-vidéo.

Certes, ce n’est pas nouveau. C’est plutôt le nombre d’œuvres et ouvrages qui progresse : “On retrouve maintenant des auteurs réguliers, comme Johan Heliot, Jean-Luc Marcastel. Grosso-modo il y près d’une trentaine de romans publiés en France chaque année (Traduction + Français confondus). Le Guide de l’Uchronie, tiré initialement à 2000 exemplaires aux éditions ActuSF, est déjà épuisé et aura droit à une nouvelle réimpression.”

Idem du côté de la bande-dessinée uchronique. Pour Bertrand Campeis, le 9ème art est un accélérateur phénoménal pour le genre, en offrant “une explosion au niveau de la vision créative et de l’aspect visuel, mais également l’impression de sorties en masse avec des séries uchroniques en plusieurs tomes”. Et de citer en exemple la BD uchronique fleuve Jour J, co-créée par Jean-Pierre Pécau, ou encore l’étonnante série d’histoire médiévale alternative Luxley, dont on doit le scénario à Valérie Mangin.

Quant au cinéma, au petit écran et au jeu-vidéo, ils ne sont pas en reste : pensez à la série du Maître du Haut Château (chez Amazon), au captivant film Edge of Tomorrow et pour les gamers, au dernier Wolfenstein.

L’Uchronie, un subterfuge historique divertissant

Pourquoi s’intéresse-t-on soudain à l’imaginaire uchronique ? La réponse se trouve peut-être du côté d’une table-ronde sur le Steampunk organisée en septembre 2017.

Grand Siècle, roman uchronique de Johan HéliotAu cours de l’échange entre Bertrand Campeis, l’écrivain Feldrik Rivat et le surnommé Lieutenant Cole Blaquesmith a émergé la théorie suivante, que résume le co-auteur du Guide de l’Uchronie : “puisque la porte des étoiles nous est fermée et que l’effondrement arrive, l’Uchronie apporte un bon divertissement… C’est un gimmick narratif, un pur exercice créatif, d’autant plus que le point de divergence historique est facile à trouver. Avec l’Uchronie, on joue en quelque sorte à se faire peur.”

L’Uchronie comme échappatoire imaginaire et contrepied à une Anticipation déprimante ? L’explication se tient bien en cette décennie propice aux visions dystopiques, comme je l’expliquais dans un article précédent : Face à une multitude de « mondes de merde » potentiels, la Dystopie contribue-t-elle à la survie de notre espèce ?

Alors quels ouvrages de l’Uchronie peut-on lire pour débuter ? Pour Bertrand Campeis, une bonne initiation passerait par Grand Siècle, premier roman d’un nouveau cycle de Johan Heliot, Le Château des étoiles de Alex Alice, ou encore Mes vrais enfants, une “uchronie personnelle” de Jo Walton.

Uchronies militaires et uchronies négationnistes

En discutant avec Bertrand Campeis, on découvre des facettes méconnues de l’Uchronie. A commencer par l’existence d’un projet dense et collaboratif, une uchronie militaire surnommée la FTL, pour « Fantasque Time Line » : 1940, La France Continue. Le point de divergence historique est évident, et la spéculation qui s’en suit quasiment sans fin, avec une réflexion stratégique et géopolitique très sérieuse :

« Tout a commencé le 30 novembre 2004 sur internet, sur le Warship Discussion Forum, où deux intervenants se sont interrogés sur la possibilité pour la France de rester dans la guerre en juin 1940. Jacques Sapir (sous le pseudo de Fantasque) et quelques-uns de ses collègues ont eu l’idée de tester sérieusement ce scénario auprès de leurs étudiants militaires et un groupe de travail s’est constitué avec des chercheurs et des enseignants en stratégie, français mais aussi américains, britanniques, italiens, russes… Leurs étudiants se sont intégrés au groupe et ont « joué » les scénarios tactiques développés à partir des contraintes stratégiques, politiques et logistiques. »

Comme je l’expliquais dans mon article introductif à l’Uchronie, la période de la WW2 est une source d’altération du temps réel extrêmement prolifique. Pour le meilleur des scénarii, comme pour le pire. Eh oui : Bertrand Campeis souligne qu’ « il y a aussi, malheureusement, des uchronies négationnistes ». Pas étonnant quand on pense aux romans et nouvelles, plus connues celles-ci, qui spéculent sur les implications d’une victoire des confédérés lors de la bataille de Gettysburg ou tout simplement des nazis.

Toutefois pas de panique ! Il y a très peu de « chance » que vous en teniez une entre les mains : écrites avec les pieds et auto-éditées, elles restent circonscrites à un cercle spécial de l’enfer.

Une précision quand même, extraite du Guide de l’Uchronie ; pour les deux auteurs, “il ne faut pas confondre l’histoire revisitée (uchronie) et l’histoire révisée (négationnisme). […] Il convient donc, pour le lecteur, de déceler les uchronies propagandistes malvenues.” Merci de nous avoir prévenus !

Les lauréats du Prix ActuSF de l’Uchronie

Pour revenir – et terminer cet article – sur le Prix ActuSF de l’Uchronie, sachez qu’il existe une page Wikipedia qui recense tous les primés.
Et en 2017 alors ? Quels sont les ouvrages uchroniques récompensés ? Les voici :

  • Prix Littéraire : Mes vrais enfants, de Jo Walton (Trad. de l’anglais par Florence Dolisi), Editions Denoël coll. Lunes d’Encre, 2017
  • Prix Graphique : La série Erased, de Kei Sanbe, Editions Ki-Oon
  • Prix Spécial : Les Editions Publie.Net, et plus particulièrement Philippe Éthuin, pour leur travail uchronique à travers leur collection ArchéoSF

Bonne lecture et félicitations aux gagnants, notamment à Philippe Éthuin qui avait pris le temps de répondre à une interview pour Human After HAL.

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

Laisser un commentaire :