Édité chez Les Humanoïdes Associés, le premier des deux épisodes qui compose cette série adaptée du roman Les Profondeurs de la Terre (Downward to the Earth) de Robert Silverberg, est disponible depuis le 5 avril 2017 chez votre libraire préféré ou au format numérique sur le site de l’éditeur.

Retour sur Belzagor, une BD de Science-Fiction

retour-sur-belzagorPour ceux qui ne le connaissent pas (sic), Robert Silverberg est un des romanciers et nouvellistes américains de science-fiction et de fantasy les plus prolifiques depuis le milieu des années 50. L’auteur a reçu entre autres 4 fois le prix Hugo, 5 fois le prix Nebula et 9 fois le prix Locus. On lui doit des romans comme L’Oreille interne, L’Homme dans le labyrinthe, Les Monades Urbaines, le Cycle Majipoor et tant d’autres, dont Les Profondeurs de la Terre qui nous intéresse ici.

Retour sur Belzagor est donc l’adaptation de ce roman écrit en 1969 par Silverberg. N’ayant pas (encore) lu ce roman je ne ferais pas de comparaisons hasardeuses entre les deux versions, même si du coup je me suis pas mal renseigné sur le sujet.

Prenons donc cette série pour ce qu’elle est : une BD de science-fiction !

Philippe Thirault à l’écriture, Laura Zuccheri au dessin

C’est Philippe Thirault qui s’est occupé du scénario. Auteur de romans et scénariste de BD (Miss, Mille visages, La Meute de l’Enfer…), il admet volontiers admirer des gens comme David Lynch, Stanley Kubrick, Victor Hugo ou James Ellroy. Laura Zuccheri s’est occupée des dessins et de la mise en page. On doit notamment à cette artiste, dessinatrice et coloriste italienne, la série médiévale fantastique Les Épées de Verre.

Les présentations sont faites, rentrons dans le vif du sujet.

L’histoire de Retour sur Belzagor

Nous sommes au bord de la navette du vol BBK6819 en approche de l’exoplanète Belzagor, ancienne colonie terrienne qui portait alors le nom de Terre de Holman. On retrouve à son bord Edmund Gunderson et le couple de scientifique Sam et Dorothy Wingate, éthnologues des exoplanètes (scientifiques biologistes qui étudient le comportement des espèces sur les planètes situées en dehors du Système solaire). Le but de cette mission scientifique aussi secrète qu’illégale est de rejoindre le pays des Brumes pour assister à un rituel secret, la cérémonie de la Renaissance.

Le guide de la mission, Edmund Gunderson, est un ancien lieutenant en charge des ressources sur la terre de Holman au temps de la colonisation. Il revient sur cette planète 8 ans après l’avoir quittée en y abandonnant femme et carrière. Entre temps, la terre de Holman a été rendue aux autochtones et à repris son nom d’origine, Belzagor.

Il reste très peu d’humains et d’infrastructures viables sur cette exoplanète. Les deux espèces qui se partagent ce paradis tropical post-colonial sont douées d’intelligence et coexistent pacifiquement. Nous avons d’un côté les Nildoror, sorte d’éléphants humanoïdes à têtes de poulpe, cette espèce est sensible et tolérante. L’autre espèce intelligente à se partager Belzagor avec les Nildoror sont les Sulidoror, grands humanoïdes tout en crocs et aux bras démesurés se terminant par des mains affublées de griffes qui feraient pâlir le prothésiste de Freddy Krueger.

Mon avis sur Retour sur Belzagor

Parlons un peu du gros travail graphique de Laura Zuccheri. C’est juste énorme ! Quand on voit la couverture de la BD, on se dit que ce n’est pas possible, que tout l’album ne peut pas être si bien fait… Eh bien si, Laura Zuccheri s’est transformée en véritable exobiologiste pour donner vie à Belzagor. Les dessins sont propres, riches et précis.

Je serais curieux de voir les esquisses de travail qu’elle a réalisée pour créer les Nildoror et les Sulidoror. Les paysages sont sublimes, c’est tout à fait comme ça que j’imagine un monde tropical post-colonial sur une exoplanète.

Son travail pourrait rappeler celui de Léo (Luis Eduardo de Oliveira) auteur, scénariste et dessinateur des séries comme Antares, Aldébaran, Bételgeuse… en plus riche au niveau des détails, notamment pour la flore. Notons le petit clin d’oeil de l’artiste à Robert Silverberg : elle s’est inspirée de l’auteur jeune pour dessiner un des personnages humain, Kurtz le cinglé, accroc au venin des naggiars.

Sans rentrer dans les détails du scénario, on suit donc cette mission scientifique à travers ce paradis végétal jusqu’au pays des Brumes. Quelques flashbacks utiles et indispensables s’insèrent dans la ligne narrative. Ce qui permet d’étoffer l’intrigue générale de l’histoire.

Ce premier tome se termine vite, et finalement il ne s’y passe pas grand chose de vraiment important. Les bases de la série sont posées, l’intrigue est là mais on reste sur notre faim. On a du mal à croire qu’il ne reste qu’un album au vu du potentiel scénique et graphique. Les séquences en flashbacks où l’on en apprend un peu plus sur la personnalité de Gunderson et pourquoi il a quitté la Terre de Holman huit ans plus tôt auraient méritées une album à part entière !

Retour sur Belzagor est une bonne BD de SF que je conseille grandement aux amateurs de Planet Opera (à la différence du Space Opera qui se déroule dans l’Espace, le Planet Opera a pour décor une planète étrangère). En attendant de lire la suite et fin de cette série, cette adaptation m’a donné envie de lire le roman original qui l’a inspirée… et ça c’est plutôt une bonne chose !

Retour sur Belzagor, Tome 1
Editions : Les Humanoïdes Associés
Date de publication : 5 avril 2017
Prix : 14,20€

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by TrepanBouB

En parallèle à son activité d’infographiste, François D'Haese réalise sous le pseudonyme de TrepanBouB, des illustrations digitales dans un univers situé quelque part entre dark, science-fiction et fantastique. Sa passion pour le digital art lui permet également de publier des tutoriels dans des magazines dédiés à l’art numérique.

Laisser un commentaire :