[Biographie] Qui est Ray Bradbury ?

Portrait de Ray BradburyRay Bradbury est l’un des plus grands écrivains de SF, de Fantastique et d’Anticipation américains. Il est l’auteur de romans et nouvelles célèbres, dont Fahrenheit 451 et Les Chroniques Martiennes (pour ne citer que ces œuvres) – certains ont été adaptées au cinéma ou à la télévision.

Selon le New York Times, il est certainement « l’écrivain qui a le plus aidé à intégrer la science-fiction moderne dans la littérature grand public. » Ray Bradbury est décédé en 2012.

A lire aussi : Bibliographie : les meilleurs livres de Ray Bradbury

Les débuts de Ray Bradbury

Né en 1920, Ray Bradbury se passionne très tôt pour l’écriture. Il réalise sa première histoire à l’âge de 11 ans, alors que la Grande Dépression affaiblit les Etats-Unis.

Ses lectures s’orientent d’abord vers les œuvres d’H.G. Wells, Edgar Alan Poe ou encore Jules Verne. Poe est celui l’influencera le plus au cours de son adolescence. Bradbury adorait alors la série John Carter of Mars (par Edgar Rice Burroughs).

L’écrivain Bob Olsen fut un temps son mentor, jusqu’à ce que le jeune Ray Bradbury découvre la Los Angeles Science Fiction Society. A partir de là, il se passionne pour les histoires publiées dans le magazine Astounding Science-Fiction, dévore les romans et nouvelles de Robert Heinlein ou d’Arthur C. Clarke. C’est d’ailleurs Heinlein qui l’aidera – à l’issue de ses études – à orienter sa vision littéraire, plus humaine que technique / mécanique.

La carrière d’écrivain de Ray Bradbury

Plus de 52 travaux, romans, nouvelles ou scénarios jalonnent la vie de Ray Bradbury. Il explore différents genres, comme la Fantasy, l’Horreur, la SF, mais avec une vraie inclination pour la fiction spéculative, ou Anticipation.

Fahrenheit 451, son œuvre dystopique la plus connue, et passée au cinéma grâce à François Truffaut, se classe parmi les œuvres cultes de l’anticipation. Citons aussi Les Chroniques Martiennes, l’Homme illustré ou le recueil de nouvelles Celui qui attend.

Son style fluide, accessible, parfois poétique, et sa capacité à faire image, à créer des personnages incarnés, ont certainement contribué à sa popularité qui a traversé les décennies. Sa contribution à la littérature américaine du 20ème siècle a été récompensée par la National Book Foundation en 2004.

Voici une vidéo (résumé) présentant l’histoire de Ray Bradbury :

On se souviendra enfin de son rejet de la télévision et surtout d’Internet, « une grande distraction » qu’il voyait comme une arme d’abrutissement massif, à l’inverse des livres – Fahrenheit 451 étant fondamentalement une œuvre hommage, pas un pamphlet anti-censure gouvernementale.

banner mag