Quand on est fans d’une oeuvre, et qu’une suite (ou un prequel) s’annonce, on a tendance à contrôler ses attentes pour ne pas être déçu. J’aurais dû suivre ce précepte avec Alien Covenant. Dans un précédent article, je me demandais si ce “Prometheus 2” serait un retour aux origines de la saga. Eh bien c’en est un. Mais raté. Ridley Scott signe là un naufrage cinématographique, embarquant par la même occasion un Michael Fassbender en mal de belles interprétations depuis le flop d’Assassin’s Creed.

 

Rapide critique d’Alien Covenant (en mode bullet-points)

Avant de descendre ce nouvel opus de la saga, je vais être bon public et signaler les quelques points forts du film. A commencer par l’esthétique qui respecte à la fois la beauté visuelle de Prometheus et ressort le look & feel des premiers films. On retrouve même un équipage (beaucoup moins badass) que celui de Aliens – Le Retour, nous laissant espérer des moments épiques et des répliques cultes. Un personnage féminin est aussi mis au centre de l’histoire, recréant avec David / Walter le célèbre binôme Bishop / Ripley.

Personnage Alien Covenant

Et personnellement, j’avoue que la première scène de combat en plein air contre 2 baby-xénomorphes est assez jouissive… Souvenir pour l’embuscade des raptors dans les hautes herbes de Jurassic Park – Le Monde Perdu.

Maintenant… Là où Alien Covenant craint vraiment :

  • Le “Je suis ton père” prononcé sérieusement par Weyland dans la scène d’intro
  • James Franco qui apparaît 1 minute – pas le budget pour un vrai rôle
  • La transition avec l’épisode Prometheus totalement bâclée
  • Les apparitions expéditives des xénomorphes, presque relégués en second plan
  • L’équipage sur-armé qui se fait défoncer comme une bande de moules face à un requin
  • La scène de l’entrée dans la Cité fantôme (sublime visuellement) dans laquelle David affirme que tout le monde est à l’abri… alors que les portes sont grandes ouvertes
  • Presque tout ce que fait David : son sauvetage du commando en mode Assassin’s Creed, sa chevelure blonde, sa maîtrise de la flûte à bec et son bouche-à-bouche avec Walter, l’alter ego androïde
  • La scène de la douche après le massacre des 3/4 de l’équipage
  • En gros, toutes les scènes ultra-prévisibles et les personnages qui cherchent encore leur charisme à l’instant où j’écris
Michael Fassbender dans Alien Covenant

Voilà mon expression faciale à la fin d’Alien Covenant

Les avis sur Alien Covenant

A part du côté du Figaro, ça dézingue à tout va. Mon propre réseau Facebook est unanime, donc soit Alien Covenant est un chef d’oeuvre incompris, soit un accident de parcours – je penche pour la seconde option, vous l’aurez compris. Quelques avis piochés sur le Web :

“Tout se passe comme si, à 80 ans bientôt, Ridley Scott devenait enfin l’auteur avec un grand A de cet univers qu’il a bâti sans en avoir les droits, ni le droit d’en piloter les suites. Par une jolie mise en abîme, le film thématise lui-même avec insistance la figure du démiurge fou, celui qui crée autant qu’il détruit. « Personne ne t’aime autant que moi » – susurre à un moment ce personnage à un congénère avant de lui donner la mort.”
Le Monde

“De manière générale, le film fiche une sacrée trouille aux spectateurs. C’est un moment de cinéma intense, sanglant… aussi terrifiant que réjouissant !”
Le Figaro

“Alien Covenant a beau être soigné dans ses décors, réaliste avec ses vaisseaux et ses équipements high tech, splendide dans les paysages de la planète des Ingénieurs, il n’en reste pas moins paresseux, bavard, maladroit et de mauvais goût.”
FilmsActu

“Mais finalement, tout ça pour quoi ? Pour favoriser des effets numériques horripilants, une intrigue de plus en plus confuse, un enchainement de séquences ridicules et/ou fumeuses, des ellipses grossières et une trame détruisant tout l’essence de la saga « Alien ». Désormais, le xénomorphe n’est plus la menace de l’ombre, mais l’incarnation de l’embarras.”
Sens Critique

Alien Covenant divise à l’évidence les critiques. Dommage : Prometheus, quoique faible par certains aspects, annonçait une voie nouvelle sur le plan scénaristique et visuel.

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

One Comment

  1. Vous n’avez comme beaucoup rien compris…C’est un chef d’oeuvre mais incompris uniquement par les moins perspicaces : https://www.senscritique.com/film/Alien_Covenant/critique/128508944

    Répondre

Laisser un commentaire :