Benjamin Nathé est passé tout près du monde de l’édition, mais le sort en a voulu autrement : après le retrait de son éditeur pour des raisons de santé, ce jeune auteur s’est tourné par défaut vers l’auto-publication. En sollicitant directement les blogueurs SF et Anticipation, pour que son roman puisse – espérons-le – toucher une base de lectorat.

J’ai donc eu l’occasion de lire Obsolescence Programmée, livre qui mérite qu’on fasse abstraction de l’obscure couverture… Mais qui porte aussi en lui les marques du primo-écrivain. Voilà mon avis sur cette lecture.

Que raconte Obsolescence Programmée ?

Obsolescence Programmée se développe dans un décor pré-apocalyptique, empruntant certains codes et thèmes cyberpunk : corporations toutes puissantes, capitalisme outrancier, marasme social, violence larvée, technologie invasive, dégradation environnementale et infrastructures gouvernementales déliquescentes.

“Le trop grand nombre d’êtres humains a précipité les bonnes intentions du manger sain. Plus rien à foutre, l’urgence est de se nourrir, point barre. Il subit avec la quatrième révolution industrielle sa lente mise au placard. L’organisation scientifique du travail l’a relégué depuis longtemps en tant qu’observateur de sa condition.”

Nous suivons un mercenaire, Chaze, dans une plongée au cœur d’une Londres dystopique (comparable d’une certaine manière à celle de 1984) et à la poursuite d’une étrange faction révolutionnaire nommée Anthropia.

Ce groupuscule vise vraisemblablement les organes principaux de la Warmex, hyperbole d’Amazon (ou de n’importe quel rejeton d’un mariage entre GAFAM et BATX), à commencer par les psyodes, traders mediums vénérés par le peuple et qui assurent à la multinationale tentaculaire une anticipation inégalable sur l’évolution des stocks boursiers.

L’enjeu pour ces résistants va au-delà d’une simple lutte anti-capitaliste, puisque l’impact de la Warmex touche l’avenir social, environnemental et numérique des sociétés.

“Ce fils de pute viole l’espace privé de millions de gens en décryptant leurs mots de passe grâce à sa putain de technologie. Il s’en sert pour anticiper leurs souhaits, et spéculer sur leurs choix. C’est comme ça que Warmex amasse des fortunes.”

Ce que j’ai pensé d’Obsolescence Programmée

Sans révolutionner les concepts actuels de l’anticipation, Benjamin Nathé agrège intelligemment les angoisses de notre époque pour tisser le cadre de l’intrigue et motiver les actions des personnages.

Le réchauffement climatique rencontre la contre-utopie numérique. La robotisation et l’IA relèguent l’humain en arrière-plan d’une société qui tourne en mode automatique. Le cyber-activisme s’impose comme l’une des armes principales de la rébellion, complémentaire à la guérilla urbaine :

“Au sol, des câbles courent partout comme les lianes d’une forêt vierge informatique. Une vingtaine de personnes surveille la ville : une ruche de hackers prête à faire la révolution 3.0.”

Benjamin Nathé manipule parfois les temps de manière maladroite, tout en faisant clairement le choix d’inscrire le récit dans un “temps réel” qui privilégie l’action. Assez inégaux, les dialogues peuvent à l’occasion se faire répétitifs, du fait de tics d’expression ou de clichés verbaux un peu trop marqués chez certains protagonistes – eux-mêmes réduits à des qualificatifs réducteurs (le “caïd”, le “hipster”…). Si l’auteur adopte ici et là un style à la limite du scolaire et du didactique, ces petites faiblesses ne gâchent pas l’entièreté de la lecture puisque l’ensemble du scénario reste bien mené, avec une écriture très rythmée et des dialogues nerveux.

Honnêtement, il faut reconnaître à l’auteur un vrai potentiel ; potentiel restant à mes yeux à travailler pour corriger les raccourcis, nuancer la personnalité des acteurs de ses récits, ou encore équilibrer le style et la narration au fil du texte.

Pour la faire brève, voilà un premier livre divertissant et prometteur pour son auteur. A réserver aux lecteurs qui acceptent la “SF de gare”, facile à consommer.

—–

Titre : Obsolescence Programmée
Auteur : Benjamin Nathé
Date de publication : 02/12/2018
Pages : 363
Prix : 13,90€

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

Laisser un commentaire :