La trilogie de Liu Cixin, auteur de Science-Fiction qui s’exporte au-delà des frontières de l’Empire du Milieu, fera-t-elle date dans l’histoire du genre ? @GesHel a lu le premier tome (Le Problème à trois corps) avant moi et nous en offre une critique aussi pointue et détaillée qu’à son habitude. Bonne lecture !

Le Problème à trois corps (sans spoiler)

Le problème à trois corps de Liu CixinAu plus fort de la révolution culturelle chinoise, une jeune physicienne nommée Ye Wenji assiste, impuissante, à la destruction de sa famille : son père est dénoncé par sa propre femme, et exécuté après une séance de critique publique pour avoir refusé de récuser les enseignements de la science “bourgeoise occidentale”. Au même moment, sa sœur, exaltée par la fièvre révolutionnaire, sombre dans le fanatisme.

Après une période de travaux forcés et d’emprisonnement, Ye Wenji est envoyée à “Côte Rouge”, une base militaire secrète où sont menées des recherches en électromagnétisme. Ye Wenji pourra y mettre à profit ses compétences scientifiques.

À cette époque de guerre froide, la moindre possibilité d’un avantage stratégique, aussi improbable soit-il, est envisagé avec sérieux. Les autorités chinoises, profitant des installations de cette base (dont une large antenne parabolique), décident – à l’instar des américains – d’envoyer un message à destination d’une éventuelle civilisation extraterrestre.

Ce message recevra une réponse en forme d’avertissement : signal intercepté quelques années plus tard par Ye Wenji.

Au 21ème siècle (soit plusieurs décennies après les événements), Wang Miao, un ingénieur en nanomatériaux, est recruté par l’armée. On le convainc de jouer le rôle de taupe au sein d’une organisation internationale de recherche en épistémologie, laquelle regroupe une grande partie des plus éminents scientifiques mondiaux et dont certains membres ont disparu – ou se sont donné la mort dans des circonstances troubles.

À mesure de son immersion dans cette affaire, la vision du monde de Wang Miao sera bouleversée par des évènements incompréhensibles et la découverte d’un jeu vidéo immersif. Un jeu qui a pour but la compréhension des lois régissant un monde en proie à un soleil aux mouvements chaotiques…

De la SF à portée internationale

Liu Cixin (prononcé « Lieou Ts’eushin ») est un auteur de SF chinois qui connait un succès important dans son pays. Récompensé par les prix nationaux Galaxie et Xingyun, c’est avec Le Problème à trois corps, roman célébré par le prix Hugo du meilleur roman 2015, que sa renommée devient internationale.

On aurait pu s’attendre (naïvement) à un texte plus “exotique” de la part d’un auteur venant d’un pays relativement verrouillé socialement comme la Chine… Peut-être même à découvrir au détour d’une phrase la trace plus ou moins flagrante d’une tentative de propagande communiste, qui sait ?

Il n’en est rien. Le roman de Liu Cixin aurait très bien pu être écrit par un occidental, car il n’y a guère que le lieu de l’action et les patronymes des personnages qui trahissent ses origines.

Une intrigue riche, aux multiples thématiques

Cette première partie de la trilogie des Trois corps expose une intrigue riche aux multiples thématiques. A commencer par les réactions humaines face à l’existence d’une civilisation extraterrestre plus avancée (les trisolariens, en route pour le système solaire), réactions qui vont de la dévotion religieuse sectaire, elles-même fractionné en plusieurs branches idéologiques, aux tentatives de riposte de la part des gouvernements de la planète.

Ces bouleversements socio-politico-religieux scindent l’Humanité en factions ennemies, et on sent, dans l’articulation antagoniste des divers groupes, prêts à tout pour imposer leur domination, l’écho traumatique de la révolution culturelle chinoise, dont Liu Cixin fait l’élément déterminant qui mettra l’existence humaine en péril…

Le tout s’entremêlant de considérations sur notre rapport à la technique et à l’écologie.

Le livre nous réserve quelques moments théoriques Hard-Science très bien menés, que ce soit les hypothèses sur l’amplification des ondes électromagnétiques, ou encore la description de la structure multi-dimensionnelle de la matière avec d’alléchants sous-entendus métaphysiques (dont on espère le développement ultérieur).

Mais le moment le plus intéressant est sans aucun doute “le jeu des trois corps”, qui donne son titre au livre : ce jeu fait référence à un problème de mécanique orbitale, le problème à N corps, l’étude du comportement d’objets (trois ou plus) liés par leurs influences gravitationnelles mutuelles et extrêmement sensibles aux conditions initiales, rendant le système difficilement prédictible.

Wang Miao découvre ce problème à travers un jeu de civilisation qui simule un environnement planétaire en orbite chaotique autour de trois soleils, en y incorporant des éléments de l’histoire des sciences terrestres.

Un contenu foisonnant donc… non sans problème(s) !

Les problèmes du problème

La plume de Liu Cixin est fluide et les digressions théoriques parfaitement claires. Et pourtant, la trame du récit paraît artificielle ; les personnages suivent des trajectoires calculées ; les évènements s’enchaînent de manière séquentielle avec un recours excessif aux hasards heureux. L’influence du Yi King sur la pensée de l’auteur ?

Les personnages s’avèrent assez peu soignés. Même si Ye Wenji bénéficie d’une psychologie un peu plus étoffée, il y a comme une sorte de passivité, de résignation assez peu crédible compte tenu de ce que vivent les protagonistes. Quant aux twists, eh bien… Ils sont aussi tout à fait attendus.

On peut regretter également que les points de vue philosophiques / idéologiques des différents schismes de la secte “pro-trisolarienne”, soient juste esquissés. Idem pour le rapport conflictuel techno-science / écologie, l’articulation science fondamentale / épistémologie / croyance, mais aussi avec le renversement de perspectives entre la paranoïa des années de maoïsme où chacun était un ennemi potentiel de la révolution avec la notion de traîtrise à l’espèce humaine. Cela manque un peu d’approfondissement.

Mais l’élément le moins plausible est sans aucun doute une “invention des trisolariens” (je n’en dirais pas plus !) si puissante que ses limitations font l’effet d’être totalement arbitraires. On se demande bien pourquoi cette machine merveilleuse ne peut pas être paramétrée pour avoir des effets plus délétères…

Malgré toutes ces « maladresses », Le Problème à trois corps reste un livre agréable dont on a envie de connaître la suite. Et même si on peut questionner la pertinence d’un prix Hugo pour ce premier volet de la trilogie, son succès permettra peut-être de décloisonner la Science-Fiction de son berceau occidental et nous faire découvrir d’autres horizons…

La SF n’est-elle pas la littérature d’ouverture par excellence, “after all” ?

Image en une : Jay Wong

—–

Titre : Le Problème à trois corps
Auteur : Liu Cixin
Editeur : Actes Sud
Nombre de pages : 432
Date de publication : 05.10.2016
Prix : 23€

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

2 Comments

  1. J’aime bien la critique “sans spoiler” ce n’est pas comme la 4ème de couv’ qui résume la totalité du bouquin (Merci Actes Sud assez coutumier du fait d’ailleurs) !!!

    Il faut que je lise la suite un de ces jours 😉

    Répondre

    1. Ouf 🙂 Rassurant puisqu’une lectrice nous a dit que l’article lui avait révélé trop de choses sur le récit…

      Répondre

Laisser un commentaire :