Attention, œuvre majeure en perspective. La trilogie Spin est ma première « immersion » dans l’œuvre de Robert Charles Wilson, auteur de SF propulsé par la plus haute récompense dans la littérature du genre, le prix Hugo. Composé de trois romans (Spin, Axis et Vortex), ce tryptique romanesque est une lecture fleuve aux accents métaphysiques et à la narration inégale. Il vous emmènera loin dans le temps, dans l’espace et dans ses personnages.

Voilà ma critique sur ce voyage littéraire, et des infos sur sa probable adaptation en mini-série par la chaîne SyFy.

La trilogie Spin en résumé – et sans spoiler

La trilogie Spin dans la collection Folio SFWilson nous met dès le départ la tête dans les étoiles : celles-ci, précisément, disparaissent du ciel nocturne lors d’une soirée d’octobre. 3 enfants au destin fusionnel assistent au phénomène : Diane Lawton, Jason Lawton (futur astrophysicien obnubilé par ce qu’on appellera plus tard le “Spin”) et Tyler Dupree – qui deviendra le médecin personnel de son ami.

Le lendemain, le monde entier se réveille face à plusieurs questions. Qui a provoqué ça, pourquoi, et quelles en sont les implications pour l’Humanité ?

En réalité, une force supérieure, bientôt nommée “Hypothétique”, a protégé la Terre grâce à une « membrane » qui neutralise les rayons mortels d’un soleil agonisant. Car à l’extérieur de l’atmosphère, le temps s’écoule désormais à une vitesse incroyablement plus rapide que sur notre planète. Le soleil tel que l’aperçoivent encore Jason, Diane et Tyler, n’est plus qu’un clone. Et le décompte jusqu’à l’apocalypse est enclenché.

Sachez-le, aucun des trois romans ne se ressemble. Si l’écrivain tisse des liens humains à travers le temps et l’espace, autour du concept des Hypothétiques, il crée surtout 3 intrigues, 3 mondes, 3 aventures distinctes. Ce que j’ai résumé ci-dessus ne donne qu’un aperçu du premier tome.

Chaque lecteur trouvera dans la trilogie son coup de cœur et son ennui. J’ai personnellement lu Spin avec fébrilité, pour plonger dans une sorte de déception avec Axis, puis dévoré avec passion le dernier opus, Vortex. Ce qui n’est pas le cas d’un de mes collègues, qui n’a apprécié que le dernier livre.

Les livres Spin, Axis et Vortex

Après le Spin, l’Humanité face à l’inexplicable et à ses propres démons

Quelque chose dans l’intrigue de ce très beau roman de Hard SF m’a fait penser à la série The Leftovers. SI vous l’avez vue et perçue comme moi, plus qu’une histoire fantastique, The Leftovers est avant tout une fresque sociale, une exploration de la psychologie collective et individuelle confrontée à l’impossible. Que 2% de l’Humanité s’évapore sans raison ou que les astres disparaissent en un clin d’oeil, le résultat est le même : notre civilisation subit un choc spirituel, émotionnel et psychologique immense, source de confusion, de doute, de désespoir ou de courage.

Car il faut vivre avec l’inexplicable. L’Humanité s’effondre, s’affronte, sur une planète en proie à la montée des conflits et du réchauffement climatique.

“Nous avions toutefois perdu quelque chose de plus subtil que quelques lumières dans le ciel. Nous avions perdu l’impression de connaître avec certitude notre place dans l’univers. La Terre est ronde, la lune tourne autour, la Terre elle même orbite autour du Soleil : les gens n’en savaient en général pas davantage sur le plan cosmologique, et je doute que plus d’une personne sur cent y repensait après le lycée. Mais cela les a déconcertés qu’on les en ait privés.”

Robert Charles Wilson nous offre donc une écriture qui dépasse le genre : bien que très (très !) poussée sur le plan scientifique, elle se drape d’un style poétique, parsemé d’élans métaphoriques et d’images surréalistes capables de toucher la sensibilité du lecteur. Les protagonistes se révèlent dans le détail : l’humain, ses questionnements, ses émotions subliment en permanence l’aventure, placée en toile de fond.

C’est beau, intelligent, ça vous met une boule dans la gorge, tout simplement. Même si, forcément, certains lecteurs pourront ressentir la lenteur de l’auteur, qui prend le temps de tout décrire, comme un naturaliste.

Mais pour une fois, la SF se fait prétexte pour construire des personnages, à tel point qu’on a la sensation d’avoir vécu – pendant quelques heures, quelques jours – avec eux et de les connaître profondément. Car tous contribuent à développer notre propre réflexion face à un questionnement majeur, cité par Les Chroniques de la Gueuse sur YouTube : “Comment construire une vie sous la menace de l’extinction ?”

Quid de l’adaptation en mini-série par SyFy ?

Comme pour la trilogie Silo de Hugh Howey, les supputations vont bon train. On évoque depuis janvier 2015 (source : Hollywood Reporter) la très probable adaptation de Spin par SyFy, via 6 épisodes d’une heure chacun. SyFy aurait engagé Jim Uhls, scénariste de Fight Club et de Jumper, pour retranscrire le roman de SF. Rien n’a filtré depuis sur l’avancée du projet, donc il faudra patienter encore un moment pour avoir le plaisir (ou pas) de regarder Spin en streaming.

En attendant la série, bonne lecture !

Titre : Spin / Axis / Vortex
Auteur : Robert Charles Wilson
Editeur : Folio
Date de publication : 2 juin 2016
Nombre de pages : 1120

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

Laisser un commentaire :