Je vais vous faire un aveu : je n’avais jamais lu le moindre épisode de Valérian jusqu’à l’annonce de la production du film éponyme – ou presque – par Luc Besson. Faute avouée… à moitié pardonnée. J’ai donc décidé de m’y mettre en me plongeant dans un retour aux origines de l’oeuvre, devenue selon les mots de Stanislas Barets “à la fois un classique de la bande-dessinée et un chef-d’œuvre de la Science-Fiction”. Alors si ça vous intéresse, voilà ce qu’il faut savoir sur la série qui a donné la matière à Valérian et la Cité des Mille Planètes.

Vous n’avez pas envie d’y passer plus d’une minute ? Le résumé est ici en vidéo. Sinon continuez votre lecture.

Valérian et Laureline, agents de police spatio-temporels

La BD ValérianSi la série de BD Valérian ne prenait le nom que du héros masculin, les choses ont changé dans les années 2000. Car Valérian, en tant qu’agent de la police spatio-temporelle de la Galaxie (puissant Empire Terrien du 28ème siècle), est bien sûr accompagné d’une coéquipière : la belle Laureline aux cheveux roux, originaire de la France médiévale.

Il faut préciser que les 2 personnages principaux se complètent parfaitement, et que l’héroïne n’a aucun rapport avec les bimbos (excepté son physique, éventuellement) qui s’affichaient en couverture des pulps américains aux côtés de super-sauveurs masculins.

Valérian et Laureline ont un double pouvoir : celui de voyager dans l’Espace et dans le Temps. Cela leur permet d’accomplir des missions à travers l’Histoire et l’Univers, toujours dans les intérêts de Galaxity, la capitale de l’Empire Galactique Terrien.

Depuis 1967 et la première apparition des héros dans le magazine Pilote, plus de 20 tomes développent leurs aventures aux éditions Dargaud.

Une BD qui (à l’instar du Cycle de Fondation) aurait inspiré Star Wars

Le dessinateur de Valérian, Jean-Claude Mézières, a parfois évoqué ses “petits problèmes avec George Lucas” (comme ici dans une ITW pour Actua BD). Il faut dire que de nombreuses ressemblances se remarquent dans les 2 œuvres – tout comme cela a été souligné pour l’influence du Cycle de Fondation d’Isaac Asimov, influence avouée par le créateur de la saga Star Wars.

Quoi qu’il en soit, même si de nombreuses œuvres de Science-Fantasy et de Space-Opera regorgent de créatures et de décors fantasmagoriques (regardez Dune, Avatar ou John Carter par exemple), cela reste pour Mézières une source d’énervement :

“C’est évident, je suis ébloui, jaloux… et furieux ! Car je dessine ces mêmes univers qui viennent du fond commun de la littérature SF depuis 15 ans… Lucas s’est inspiré de toute la BD existante… Mais je suis persuadé qu’il a bien regardé mes bouquins.” Puis, plus tard, à Jean-Sébastien Chabannes : “Je laisse les lecteurs décider, même si c’est flagrant quand on regarde les dates des albums. Georges Lucas, je ne le connais pas. Il ne m’a jamais écrit, ni téléphoné pour me dire d’aller travailler là-bas. Je parle très bien l’anglais, je connais très bien les États-Unis. Il aurait pu faire comme Besson quelques années plus tard. J’ai écrit deux fois à Lucas en quarante ans (ça va, je ne l’ai pas harcelé), mais il n’a jamais répondu.”

La vengeance est un plat qui se mange froid… Puisque après une série d’animation franco-japonaise, la société de production EuropaCorp fait passer Valérian sur grand écran. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’univers est époustouflant.

Luc Besson aux manettes de Valérian et la Cité des Mille Planètes

Il paraît que le réalisateur du Cinquième Élément a toujours voulu donner vie à Valérian. C’est en tout cas ce qu’il affirme dans l’une des vidéos promotionnelles du film Valérian et la Cité des Mille Planètes. Besson précise que l’univers de la bande-dessinée, par sa richesse et sa folie visuelle, ne pouvait être réalisé correctement… Ce sont les prouesses du film Avatar au niveau des effets spéciaux qui ont ouvert la voie au réalisateur.

L'affiche du film Valérian

Le film Valérian et Laureline

Le film Valérian et Laureline

Le film Valérian et Laureline

le voyage spatio-temporel dans Valérian

Dans l’adaptation ciné de Besson, Valérian (Dane DeHaan) et Laureline (Cara Delevingne) s’engagent dans une mission sur Alpha, ville intergalactique en expansion continuelle et composée de milliers d’espèces différentes issues des quatre coins de l’univers. Les dix-sept millions d’habitants d’Alpha ont convergé au fil du temps, unissant leurs talents, leurs technologies et leurs ressources pour le bien de tous. Mais tous les habitants ne partagent pas ces mêmes buts : des forces invisibles sont au travail, menaçant l’avenir de la Galaxie.

Bande-annonce :

Luc Besson réussira-t-il à racheter l’échec scénaristique de Lucy et renouer avec le succès du Cinquième Élément ? Au premier abord, ça semble bien parti… Surtout avec cette saga temporelle et intergalactique fleuve, qui a tout le potentiel pour donner lieu à de nombreuses suites.

✉ Newsletter

Fan de Science-Fiction et d'Anticipation ? Abonnez-vous par e-mail et vous recevrez chaque nouvel article, une fois par semaine. No Spam Inside.

Posted by HAH

Passionné par l'Anticipation et la SF depuis la lecture de Fahrenheit 451, j'ai orienté mes études littéraires dans ce domaine avec la réalisation d'un mémoire sur les villes dystopiques. Ma bibliothèque se compose des grands classiques (Asimov, Philip K. Dick, H.G. Wells, Clarke...) et des nouveaux auteurs SF - Priest, Wilson, Howey... Ma nouvelle préférée : La Dernière Question, d'Isaac Asimov. Evidemment, je regarde un peu trop les films et séries d'Anticipation.

Laisser un commentaire :